Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Dans le cadre du séminaire Ingénieurs et Société du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, André Grelon, directeur de recherche à l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs), interviendra sur l’existence (ou non existence) d’une profession d’ingénieur en France.

Cette séance aura lieu de 14h à 16h le 11 mars,

au 4ème étage du 41 rue du Port, à Lille (Université Catholique).

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Cette question peut paraître curieuse, sinon choquante. Les ingénieurs français, formés solidement dans des établissements reconnus qui sont régulièrement examinés par une commission composée d’experts, laquelle a toute autorité pour veiller à ce que les programmes d’enseignement soient à la pointe de l’innovation, sont à l’évidence des professionnels avérés. Et ceci n’est pas mis en question.

Pour autant, la question mérite d’être posée. Une profession n’est pas une structure établie de toute éternité, c’est une construction sociale qui passe par différentes phases : de l’émergence à son organisation progressive, sa consolidation, son essor, mais aussi ses difficultés, et éventuellement sa sénescence, voire sa disparition.

Grâce à une série de travaux historiques et sociologiques, on peut ainsi décrire les différentes étapes qu’a connues la profession d’ingénieur. M’appuyant sur ces recherches, je tenterai de montrer qu’il a fallu tout un siècle pour que le monde des ingénieurs en France se structure en profession. Qu’ensuite, au cours du XXe siècle, si elle est reconnue socialement et économiquement, cette profession se segmente de différentes façons, en même temps qu’elle étend son champ de compétences dans des domaines de plus en plus nombreux.

En ce début du XXIe siècle, alors que les modalités de gestion dans les entreprises privilégient le suivi individuel des carrières, les ingénieurs disposent-ils encore de référentiels communs, ont-ils une représentation cohérente de ce qu’est, de ce que serait un ingénieur, de ce que devrait être un ingénieur, pratiquent-ils encore entre eux des formes de solidarité, de reconnaissance réciproque, ou ne sont-ils plus que des atomes de ce vaste ensemble flou que constituent encore les cadres ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *