Les sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs en Belgique

Dans le cadre de la coopération entre le CNRS et le Fonds de la Recherche Scientifique (FRS-FNRS) et le Commissariat général aux relations internationales (CGRI) de la communauté française de Belgique, j’ai pu réalisé l’année précédente un travail de terrain à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Catholique de Louvain.

Ce travail me permets d’ors et déjà de dégager quelques pistes d’analyses qui se retrouve dans ce rapport scientifique que le CNRS m’a permis de reproduire ici.

Il va de soi qu’il ne s’agit pas d’une publication scientifique mais plutôt de la « cuisine interne » de la recherche, qui a donc vocation à être présenté sur ce carnet de recherche.

Bonne lecture

Quelques pistes d’analyse sur le cas belge

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Dans le cadre du séminaire Ingénieurs et Société du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, André Grelon, directeur de recherche à l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs), interviendra sur l’existence (ou non existence) d’une profession d’ingénieur en France.

Cette séance aura lieu de 14h à 16h le 11 mars,

au 4ème étage du 41 rue du Port, à Lille (Université Catholique).

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Cette question peut paraître curieuse, sinon choquante. Les ingénieurs français, formés solidement dans des établissements reconnus qui sont régulièrement examinés par une commission composée d’experts, laquelle a toute autorité pour veiller à ce que les programmes d’enseignement soient à la pointe de l’innovation, sont à l’évidence des professionnels avérés. Et ceci n’est pas mis en question.

Pour autant, la question mérite d’être posée. Une profession n’est pas une structure établie de toute éternité, c’est une construction sociale qui passe par différentes phases : de l’émergence à son organisation progressive, sa consolidation, son essor, mais aussi ses difficultés, et éventuellement sa sénescence, voire sa disparition.

Grâce à une série de travaux historiques et sociologiques, on peut ainsi décrire les différentes étapes qu’a connues la profession d’ingénieur. M’appuyant sur ces recherches, je tenterai de montrer qu’il a fallu tout un siècle pour que le monde des ingénieurs en France se structure en profession. Qu’ensuite, au cours du XXe siècle, si elle est reconnue socialement et économiquement, cette profession se segmente de différentes façons, en même temps qu’elle étend son champ de compétences dans des domaines de plus en plus nombreux.

En ce début du XXIe siècle, alors que les modalités de gestion dans les entreprises privilégient le suivi individuel des carrières, les ingénieurs disposent-ils encore de référentiels communs, ont-ils une représentation cohérente de ce qu’est, de ce que serait un ingénieur, de ce que devrait être un ingénieur, pratiquent-ils encore entre eux des formes de solidarité, de reconnaissance réciproque, ou ne sont-ils plus que des atomes de ce vaste ensemble flou que constituent encore les cadres ?

Séminaire « Ingénieur et société »

Dans le cadre du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, un séminaire « ingénieur et société » est organisé par Christelle Didier et Patrick Simonnin.

Ce séminaire alterne les interventions de chercheurs et d’enseignants de formation humaine en école d’ingénieurs. L’objectif  pour les enseignants est de se créer une culture commune autour de la question des ingénieurs, ainsi que d’offrir un espace de présentation et de débats des initiatives nouvelles.

Les chercheurs sollicités interviennent sur différents sujets, qu’il s’agisse de la formation des ingénieurs, en sciences humaines et sociales notamment, de la profession d’ingénieur ou du rapport à la science dans les écoles d’ingénieurs.

La prochaine séance aura lieu le Jeudi 28 janvier de 14h à 16h, au 41 rue du Port (Faculté Libre des Sciences et Techniques), au 4ème Etage.

Le séminaire est libre d’accès et ouvert à tous.

Repenser l’ingénieur ?

Ce jeudi 21 janvier aura lieu la troisième séance du séminaire « Repenser l’Ingénieur », avec Antoine Derouet, doctorant à l‘EHESS dont la présentation portera sur:

La formation sociale de l’ingénieur: genèse d’une notion

Le séminaire est ouvert à tous et se déroulera de:

De 17h à 19h
Salle D131
ENS Jourdan
(48 boulevard Jourdan, 75014 Paris)

« Entretenir son réseau : le cas des ingénieurs »

 

Communication au colloque de l’Association Française de Sociologie, Avril 2009

Cette étude vise à analyser le fonctionnement des réseaux d’anciens élèves ingénieurs et leur influence dans les trajectoires professionnelles des ingénieurs. Elle est basée sur des entretiens réalisés avec des anciens diplômés d’une Ecole d’ingénieurs de Province, spécialisée dans le secteur aéronautique, visant à repérer les relations qui ont subsisté au cours du temps. Elle met en évidence qu’il n’y a pas de réflexe de recommandation ou « d’esprit de corps » (P. Bourdieu, 1989) proprement dit, c’est-à-dire de contacts entre anciens élèves sans chaîne relationnelle préalable tels qu’on peut les retrouver dans d’autres Ecoles, par exemple celles des Arts et Métiers (C. Day, 1991). Les relations entre anciens élèves se constituent surtout pendant la formation, sur la base d’activités communes partagées au cours de cette période. Ce résultat rejoint donc simplement les travaux sur la sociabilité des jeunes (C. Bidart, 1997) et s’explique par la relative facilité d’insertion professionnelle des diplômés de cette Ecole sur le marché du travail ainsi que leur faible mobilité professionnelle et géographique. Ces hypothèses méritent d’être confirmées par des études comparatives.

TexteComRéseauAncienBès

(Article mis en ligne avec l’aimable autorisation de Marie-Pierre Bès)

Marie-Pierre Bès, marie-pierre.bes **at** isae.fr

ISAE & LISST, Université de Toulouse

Ingénieur en Europe : l’émergence de la profession et la construction de l’identité professionnelle (XVIIIe-XIXe siècles)

Dans le cadre du séminaire mensuel « Repenser l’ingénieur ? », Irina Gouzévitch, Centre Maurice Halbwachs/EHESS, est venu nous présenter ses réflexions issues de ses travaux sur l’histoire des ingénieurs en Europe dont elle est une spécialiste.

Sa présentation portait sur la structuration de la profession autour de la notion d’expert technique, tout d’abord au service de l’Etat puis au service de l’industrie durant les XVIIIe-XIXe siècles, à partir des travaux effectués avec Hélène Verin et André Grelon.

Sa présentation, qui sera mise en ligne prochainement, portait tout spécialement sur la XVIIIè siècle.

Où commence la formation des ingénieurs?

La récente rumeur de l’annonce par le Ministre de l’éducation Luc Chatel de la suppression (en l’occurrence de la mise en place d’une option facultative) de l’histoire-géographie en terminale S peut paraitre surprenante dans le contexte actuel.

A une époque où de nombreux responsables de formations s’agitent sur la « formation humaine » des ingénieurs et où la place de la culture et des humanités au sein des formations à tendance à se voir augmenté, il peut apparaitre paradoxal de vouloir réduire la part accordée à un tel enseignement dans une filière destinée à fournir la quasi-totalité des futurs élèves ingénieurs.

D’autant plus paradoxal que la charge vient du courant idéologique qui a pendant longtemps considéré les « humanités » et la culture générale comme une composante à part entière de la formation de l’individu. Est-ce à dire que celle-ci n’ont plus bonne côte? Rien n’est moins sûr si l’on se penche sur les discours visant à revaloriser la filière littéraire, garante des « humanités » les plus classiques.

De fait, il semble qu’il s’agit surtout d’une tentative d’appliquer un vieux programme de la droite française: la réintroduction des humanités classiques dans l’éducation (on pense notamment aux nombreux combats pour la défense de la culture face aux tentatives des sciences humaines et sociales de « désenchanter » la société depuis le début du XXème siècle) qui s’illustre donc ici par l’omniprésence de l’histoire mémorielle en parallèle à une tentative de minorisation de l’enseignement de courants plus critiques. Cependant, la suppression dans cette filière L des mathématiques en première, et selon la même modalité (mise en option) incite aussi à considérer ces réformes comme une volonté de spécialiser le type de formation. Autrement dit, on peut dire que cette potentielle suppression n’est pas en soit une volonté d’attaquer la culture générale mais plutôt d’en proposer une redéfinition, qui s’appuie sur un courant idéologique déjà ancien.

Pour en revenir aux écoles d’ingénieurs, les conséquences de la réforme ne seront pas moindre. En effet, privées d’une base historique et géographique solide, on peut se demander comment seront reçu l’enseignement d’histoire plus spécialisée, comme l’histoire des sciences qui existe dans certaines écoles. L’intérêt de cette réforme, qui n’est encore qu’une supposition, est au moins d’avoir remis en débat la question de la culture dans les formations, et de ses disciplines qui ne veulent pas être réduite à une simple érudition. La prise de position sur ce sujet de Jacques Sapir (A lire sur Marianne 2) est sans doute très représentative de cette réouverture du débat. La chose est intéressante puisqu’elle ne concerne plus les seuls enseignants des écoles ou les représentants de courants qui par définition s’intéressent à la place de la culture générale (on pense aux prises de positions d’Edgar Morin), mais bel et bien des intellectuels qui s’engagent en tant qu’intellectuels sur cette question.

Une étude de circulation des savoirs entre institutions : le cas d’une formation professionnelle de futurs ingénieurs

Par Avenilde Romo Vázquez, Docteur de Didactique des Disciplines de l’Université Paris 7 Diderot, qui interviendra sur sa recherche de doctorat, soutenue récemment.

La présentation de Avenilde, issue de sa thèse, constitue un matériau empirique de premier ordre pour qui s’intéresse à la formation des ingénieurs. L’angle privilégié ici, la formation des ingénieurs en mathématiques, permet de s’interroger sur une caractéristique majeure de la structuration du groupe professionnel. En effet, la spécificité de l’ingénieur est sa formation poussée en mathématiques qui constitue une partie de son approche très spécifique des objets envisagés, comme Hélène Verin a pu le rappeler dans ses ouvrages.

Ainsi, s’intéresser à la formation en mathématique, c’est s’intéresser à la manière dont un ingénieur va poser un problème, à cette problématisation qui constitue son exercice professionnel. Le travail d’Avenilde Romo Vasquez se veut un travail expérimental et cherche donc les manières d’améliorer la formation des ingénieurs, dans une optique de didactique.

Cependant, une partie de sa réflexion peut être aisément reprise et permet d’interroger la manière dont les mathématiques vont « contaminer » la totalité du cursus, s’imposant comme un recours systématique même dans des enseignements n’ayant pas de rapports directs avec la disciplines mathématiques. On pense notamment au graphique présenté sur les interfaces entre les différents niveaux de disciplines: tâches, techniques, technologie, théorieoutils théorique.
Pour conclure, on peut donc dire que son intervention, dont on joint ici la présentation et un fichier audio, permet d’allier la richesse de ses sources sur les mathématiques, et leur grande maitrise, et leur conceptualisation par l’intermédiaire d’un outil très heuristique.

Présentation (*.ppt)

Séminaire « Repenser l’ingénieur? »

« Repenser l’ingénieur? »

Coordonné par Antoine Derouet (doctorant Ehess/CMH) dans le cadre du projet « Former l’ingénieur citoyen: savoirs, pratiques, acteurs » en partenariat avec Ingénieurs Sans Frontières

Très en vogue durant les années 1970-80, la question des ingénieurs s’est peu à peu évanouie au profit d’une problématique plus large, celle des cadres. Le questionnement sur les ingénieurs est cependant resté actif, notamment autour d’Antoine Picon et d’André Grelon. Les études autour de cet objet ont prise une nouvelles voie ces dernières années, voie marquée par une diversification des problématiques.

Ces nouvelles interrogations semblent être marquées par plusieurs évolutions épistémologiques significatives. La structuration progressive de la Sociologie des groupes professionnels d’un côté et du courant des Sciences and Technology Studies de l’autre en deux ensembles théoriques distincts et consistants, semble permettre aujourd’hui une mutualisation des approches.

Outre ces deux apports théoriques qui renouvellent singulièrement la question des ingénieurs, il faut signaler l’évolution historiographique en la matière. Des préoccupations plus actuelles deviennent un nouveau prisme pour l’étude des ingénieurs : l’émergence de la problématique de l’éthique rejoint les interrogations sur le rapport au progrès et aux risques technologiques, et s’inscrit même aujourd’hui dans la thématique large du « développement durable ». De la même manière, l’éclatement des formations et leur croissance réinterrogent sous un nouveau jour la structuration de ce champ, alors même que la question de la mondialisation pose celle de l’internationalisation et de la circulation des modèles de formation, et ce dès l’origine.

Le séminaire se proposera donc de se pencher sur la question des ingénieurs, entendu au sens large puisqu’il s’agira aussi bien de regarder dans l’histoire de la profession que de s’interroger sur des pratiques actuelles, aussi bien sur les fonctions techniques des ingénieurs que sur leurs fonctions sociales.

Programme du séminaire « repenser l’ingénieur? »

Les formations d’ingénieurs en France : un modèle en question ?

Les travaux d’histoire et de sociologie sur les formations d’ingénieurs s’accordent le plus souvent sur une vision commune. Selon eux, le système de traditions de la profession explique la persistance d’un modèle traditionnel de formation de l’ingénieur, basé sur la maîtrise des sciences exactes puis les compétences techniques. Parfois, un « supplément d’âme » d’enseignements « non-techniques » subsiste à leurs côtés. Ce modèle, plutôt proche du modèle actuel, aurait survécu à plusieurs vagues de débats visant à réformer les cursus en donnant une place plus conséquente à la formation dite « humaine ». Ainsi, les années 1900-1930 ont été marquées par des débats sur le « rôle social de l’ingénieur », les trentes glorieuses par la « maîtrise du facteur humain », les années 1980 par la «technologie appropriée », et les années 1990-2000 par une généralisation de l’intérêt pour l’éthique et le développement durable.

En apparence, on pourrait penser que ces débats ont pour point commun la remise en question d’une certaine idéologie technicienne, mais est-ce réellement le cas? De plus, si le modèle de formation de l’ingénieur est bien en question, ces débats ne suscitent la plupart du temps que des remaniements modestes des cursus de formation : le débat existe mais le changement ne se produit pas. Pourquoi ? C’est ce défaut de compréhension que vise à combler le projet « Former l’Ingénieur Citoyen » et la recherche sur les « sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs ».