Colloque international « Un ingénieur, des ingénieurs: expansion ou fragmentation? »

En 1980 se déroulait le désormais célèbre colloque de l’Ecomusée du Creusot, consacré à « l’ingénieur dans la société française », dont les actes sont devenus une ressource clé pour la connaissances de ce groupe professionnel. Trente ans après ce coup de projecteur, la question semble avoir disparu des préoccupations de la recherche et une synthèse des recherches menées depuis fait cruellement défaut.

Pourtant, l’actualité interroge le chercheur et l’amène à reconsidérer la vision traditionnelle de ce groupe : celui-ci s’est-il transformé au point de remettre en cause son unité face à l’hétérogénéité des pratiques, des marchés du travail, des fonctions, des catégories sociales voire des formations qui la définissent ? Doit-on voir cet apparent morcellement comme une colonisation de nouvelles contrées dans la division du travail ou comme un éclatement de la profession ? Peut-on imaginer que le groupe parvienne à conserver son unité tout en se segmentant et le titre d’« ingénieur » peut-il à lui seul faire tenir tout un groupe et garantir sa cohésion ?

Fruit d’un projet de recherche intitulé « Former l’ingénieur citoyen : savoirs, pratiques, acteurs » mené en collaboration par l’association de solidarité internationale Ingénieurs Sans Frontières en partenariat et le le Centre Maurice Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS) avec le soutien de la Région Ile-de-France, ce colloque a pour objectif de réunir de nouvelles contributions à l’étude des ingénieurs dans le présent et le passé afin d’éclairer les enjeux actuels. Le colloque cherchera ainsi à comprendre l’ingénieur comme un phénomène en le saisissant non pas comme une catégorie en soi mais comme une entité spatiale et idéelle en redéfinition permanente.

Jeudi 6 octobre

8h30-9h15 – Accueil du public

9h15-9h45 – Introduction au colloque

9h45-11h00 – 1ère session : Savoirs = pouvoirs ? Codification des savoirs d’expertise et légitimation des pratiques professionnelles

Discutant: André Guillerme

Simona Talenti (professeur en Histoire de l’architecture, département de génie civil, Université de Salerne, Italie), L’architecture et son histoire dans la formation des ingénieurs italiens entre XIXe et XXe siècle

Céline Assegond (doctorante Ecole du Louvre), L’enseignement de la photographie à l’Ecole des ponts et chaussées : une technique valorisante et performante au service des pratiques professionnelles rationalisées (1850-1915) ?

Pause : 11h00-11h15

11h15-12h30 – 2ème session : Entre le national et l’international : l’expérience migratoire dans le renouvellement des groupes d’ingénieurs

Discutants: Ana Cardoso do Matos, Ernst Homburg

Christel Frapier (Post-doctorante, Centre d’Histoire Sociale du XXème siècle (UMR 8058 CNRS/Université Paris I)), Architectes et ingénieurs d’Europe de l’est en France après la seconde guerre mondiale : de la migration aux stratégies d’action

Aalok Khandekar (Professeur adjoint, Science & technology Studies, Renseelaer Polytechnic Institute), Engineering subjectivities : Global Indianness and the Making of Indian Engineers

14h00-15h15 – 3ème session : Les transformations des catégories de l’action publique au prisme de la mobilisation de groupes de professionnels

Discutant: Kenneth Bertrams

Alexandra Bidet (Chargée de recherche, CNRS/Centre Maurice Halbwachs), Les ingénieurs de « l’entreprise postale » dans l’entre-deux-guerres : mathématiciens ou hommes pratiques ?

Marie-Clotilde Meillerand (Post-doctorante, ANR Mosare, ENS Lyon), Des ingénieurs face à l’Etat au 20e siècle. L’exemple de l’association des ingénieurs des villes de France

Pause (15h15-15h30)

15h30-17h45 – 4ème session : Les ingénieurs face aux régimes politiques

Discutantes: Maria Malatesta, Julie Gervais

Jaume Valentines Alvarez (Doctorant CRHT, Université polytechnique de Catalogne, Barcelone, Espagne), Heterogeneity means Unity : the economic training and practices of the Catalan engineers during the II Spanish Republic (1931-1939)

Michalis Assimakopoulos et Apostolos Boutos (Professeur associé et postdoctorant, Université technique d’Athènes, Grèce), The Greek engineers 1941-1967 and their institutions

Odile Henry (maître de conférences à l’Université Paris IX Dauphine, IRISSO-CNRS et CESSP-CNRS/Paris 1/EHESS), De l’ordre des ingénieurs à l’ordre des ingénieurs-conseils, de la récurrence d’un idéal professionnel (1922-1954)

Roland Lardinois (directeur de recherche CNRS, CEIAS (CNRS/EHESS)), L’espace des écoles d’ingénieurs en Inde et les politiques de discrimination positive. Le cas du Kérala (Inde du Sud).

 

Vendredi 7 octobre

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-10h30 – 5ème session : Quand la position fait profession : les ingénieurs entre capital et travail

Discutante: Sophie Pochic

Pieter Raymaekers (doctorant en histoire à l’université catholique de Leuven, Belgique), Between capital and labour : the social self-image and worldview of the Belgian engineering profession in the second half of the nineteenth century

Nathalie Hugot-Piron (docteure, Centre Maurice Halbwachs – EHESS) Retour sur les origines des cadres : le mouvement de syndicalisation des ingénieurs de l’entre-deux-guerres (1920-1939)

Pause :10h30-10h45

10h45-12h30 – 6ème session : L’ingénieur dans les redéfinitions des systèmes de production

Discutants: Antoine Derouet, Simon Paye

Gaëtan Flocco, Lucie Goussard et Sébastien Petit (Enseignant-chercheur et doctorants en sociologie, Centre Pierre-Naville, Université d’Evry Val d’Essonne), Les ingénieurs face aux transformations des systèmes productifs. Des réactions contrastées aux légitimations partagées

Ivan Sainsaulieu et Eric Zufferey (Assistant-docteur et assistant de recherche FNRS, Université de Fribourg, Suisse), L’attrait des « compétences non-techniques » chez les ingénieurs : un oubli de la voie royale de la technique ?

Ferrucio Ricciardi (post-doctorant, Centre Maurice Halbwachs-CNRS), Les ingénieurs aux prises des outils de gestion : réflexions autour du cas italien (1930-1960)

14h00-15h45 – 7ème session : Figures et valeurs des ingénieurs dans l’évolution des représentations du monde social

Discutant: André Grelon

Darina Martykanova (Postdoctorante, Université de Postdam, Allemagne), Les ingénieurs, le discours du travail et la redéfinition de la masculinité hégémonique. L’Espagne, les années 1850-1920

Marie-Pierre Escudié (Doctorante EVS-ITUS, INSA Lyon), Figures et rôles de l’ingénieur dans la société. Les recompositions sémantiques de l’ingénieur de l’INSA : une étude des idées politiques

Christelle Didier et Kristoff Talin (Maître de conférences à l’Institut Catholique de Lille et membre associée du CMH, Chargé de recherche au CNRS), Les valeurs des ingénieurs

Pause :15h45-16h

16h00-17h30 : Débat et synthèse (débat mené en collaboration avec des membres de l’association Ingénieurs Sans Frontières) Claude Dubar, Irina Gouzévitch, André Grelon, Catherine Marry, François Vatin.

 

Renseignements pratiques

Le colloque se déroulera à l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, les 6 et 7 octobre 2011.

L’événement est ouvert à tous, sur inscription, soit par correspondance par le bulletin ci-dessous soit sur place. Les frais d’inscription sont de 10 euros, gratuit pour les étudiants et précaires. Règlement en liquide ou par chèque.

Le bulletin d’inscription est à envoyer par mail à colloque.ingenieur@isf-france.org (un mail vous sera envoyé pour confirmer la réception) ou par courrier postal à l’adresse suivante : Ingénieurs Sans Frontières, 146 rue de crimée, 75019 PARIS

 

Comité d’Organisation

Derouet Antoine, Doctorant EHESS, Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS/ENS/EHESS)

Frapier Christel, Post-doctorante, Centre d’Histoire Sociale du XXème siècle (UMR 8058 CNRS/Université Paris I)

Paye Simon, Doctorant Sciences-Po, Centre de Sociologie des Organisations (UMR 7116 CNRS/FNSP)

Groupe Ingénieurs Sans Frontières Paris-Grignon

Comité Scientifique

Kenneth Bertrams, Université Libre de Bruxelles, Mondes modernes et contemporains (Unité ULB712)

Ana Cardoso de Matos, Universidade de Evora (Portugal), Departamento de História

Claude Dubar,Université Versailles Saint-Quentin, Professions, Institutions, Temporalités (Printemps, UMR 8085, CNRS/Université de Versailles Saint-Quentin)

Julia Evetts, Emeritus Professor of Sociology in the School of Sociology and Social Policy of the University of Nottingham

Claudine Fontanon, EHESS (Centre Alexandre Koyré UMR 8560)

Charles Gadéa, Université Versailles Saint-Quentin, Professions, Institutions, Temporalités (Printemps, UMR 8085, CNRS/Université de Versailles Saint-Quentin)

André Grelon, EHESS, Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS/ENS/EHESS)

Irina Gouzévitch, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS/ENS/EHESS)

André Guillerme, CNAM, Centre d’Histoire Des Techniques

Odile Henry, Université Paris IX Dauphine, IRISSO (UMR 7170 CNRS) et CESSP (UMR 8209 CNRS/Paris 1/EHESS)

Ernst Homburg, Université de Maastricht

Maria Malatesta, Université de Bologne

Catherine Marry, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS/ENS/EHESS)

Antoine Picon, Université Paris 1, Harvard Graduate School of Design

Sophie Pochic, CNRS, Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS/ENS/EHESS)

François Vatin, Université Paris X, Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie (IDHE, UMR 8533, CNRS/Paris 1/Paris 8/Paris X/Ens Cachan)

Journée d’étude

Parmi les personnages qui ont marqué l’histoire des formations d’ingénieurs et qui ont œuvré pour la présence d’une formation non-technique au sein des Cursus, Gaston Berger figure en bonne place.

Industriel, philosophe, haut fonctionnaire, il est surtout connu pour avoir été l’un des initiateurs des INSA avec la création de celui de Lyon en 1958. Le projet initial de l’institut prétendait rapprocher science de l’ingénieurs et sciences humaines, faisant des « Humanités » l’un des piliers de l’enseignement. C’est pour célébrer cet héritage que l’INSA de Lyon organise le 31 mars une journée d’étude consacrées à

Héritage de Gaston Berger :
les sciences humaines et sociales au cœur de la formation des ingénieurs ?

Au croisement de la recherche et de la réflexion sur ce que doivent être les SHS en école d’ingénieurs, cette journées sera l’occasion de prolonger un débat déjà ancien dont nous vous parlions récemment.

JE Gaston Berger INSA 2011.

Quand les ingénieurs débattent de leur formation non technique: socio-histoire d’un processus de repositionnement professionnel

Le billet précédent expliquait l’importance de faire un focus particulier sur les débats autour des formations pour comprendre l’évolution idéologique de la profession, et notamment saisir au mieux les évolutions au sein des écoles. Toutefois, le lien entre ces débats et les écoles n’est pas mécanique et il faut se méfier d’une interprétation trop hâtive, les réalisations en écoles ne faisant que très rarement référence directement aux débats plus généraux, du moins jusqu’à une période récente.

Les débats doivent être étudiés non pour leur normativité, mais en ce qu’ils contribuent à l’évolution des modèles pour penser la formation, autant qu’ils en témoignent. Par ailleurs, étudier à long terme cette évolution permet de comprendre comment les débats actuels se structurent et comment ils sont l’héritage de schèmes anciens.

C’est notamment la perspective empruntée dans un rapport récent écrit avec Simon Paye pour la CFE-CGC dans le cadre des publications soutenues par l’IRES. Ce rapport de vulgarisation ne prétend pas à l’exhaustivité de l’étude de la période et tente plutôt, à partir des sources d’archives, de retracer l’évolution des débats sur deux siècles, pour faire le lien avec la construction des catégories de pensées qui, encore aujourd’hui, sont le prisme d’appréhension de cette réalité sociale particulière que sont les Sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs.

Ce rapport est disponible en version électronique ici.

Cette perspective à long terme, qui permet de saisir les processus généraux d’évolution, a cependant tendance à écraser la particularité de débats spécifiques, sur lesquels il conviendra de revenir plus longuement dans un prochain billet…

Penser la formation non-technique des ingénieurs au cours du XXème siècle: aperçus sur le cas français

La mode du « développement durable, de l’éthique, de la responsabilité sociale »… au sein des formations d’ingénieurs voit celles-ci chercher à développer des enseignements spécifiques correspondants. Ainsi, les sciences humaines et sociales feraient, au moins dans les discours des responsables de formation, leur entrées dans les écoles. Cependant, l’émergence de tels enseignements n’est pas une nouveauté et relève d’une histoire bien plus ancienne dont l’origine remonte aux créations des premières écoles. A partir de l’étude des débats et des systèmes de formation depuis le XIXème siècle, on peut ainsi mieux comprendre les évolutions récentes et les modèles concurrents. Plusieurs manières sont possibles pour envisager l’étude de ces débats. Une étude macro-sociale permet de mettre en évidence les logiques macro-sociales qui structurent le débat, faisant de fait ressortir les dynamiques à long terme du processus de construction de catégories spécifiques.

C’est l’objet d’une intervention consacré à l’étude socio-historique de ces débats qui a eu lieu en mai dernier à Namur, lors d’un colloque à l’initiative des Comités de recherche « sciences, innovations technologiques et sociétés » (29) et « sociologie de la communication » (33), intitulé Regards croisés entre la sociologie de la communication et la sociologie des sciences et des techniques.

Les actes en ligne de ce colloque viennent de paraitre à l’adresse suivante: http://www.fundp.ac.be/eco/schu/aislf2010/publication

Cette sociologie historique des débats peut cependant être développée. Si dans cette intervention, la perspective était volontairement macro-sociologique afin de montrer l’évolution générale de la configuration, en revanche, le récent article paru dans les Cahiers de RECITS, n°7, 2010, prend le parti de développer un peu plus longuement les données qui ont servi de base à la réflexion. L’objectif est notamment de retracer la généalogie des débats, pour montrer la récurrence de certains arguments, dans une période courte qui va voir une transformation rapide de la configuration, qui passe d’une absence relative de débat à une profusion au milieu des années 1960. Cette période est charnière dans la mesure où elle va imposer l’idée de la nécessité de développer de tels enseignements en école d’ingénieurs,  ce qui déplacera le débat vers les formations…

Séminaire « Repenser l’Ingénieur »

Repenser l’éthique de l’ingénieur à travers la notion de responsabilité

Intervention de Tomomi Yamao, Doctorante à l’Université Pierre Mendes-France de Grenoble,
Département de philosophie, Laboratoire Philosophie, Langages & Cognition.

Le jeudi 17 juin 2010
De 17h à 19h
Salle 6
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
(105 boulevard Raspail, 75006 Paris, Métro Saint-Placide ou Notre-Dame des Champs)

Un débat suivra son intervention autour de son travail en philosophie sur l’éthique des ingénieurs. La question est intéressante à un moment où les ingénieurs cherchent par différents moyens à s’inscrire dans des démarches de reconnaissance d’une éthique propre, par des codes de déontologie et autres.

Séminaire ouvert à tous!

Les sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs en Belgique

Dans le cadre de la coopération entre le CNRS et le Fonds de la Recherche Scientifique (FRS-FNRS) et le Commissariat général aux relations internationales (CGRI) de la communauté française de Belgique, j’ai pu réalisé l’année précédente un travail de terrain à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Catholique de Louvain.

Ce travail me permets d’ors et déjà de dégager quelques pistes d’analyses qui se retrouve dans ce rapport scientifique que le CNRS m’a permis de reproduire ici.

Il va de soi qu’il ne s’agit pas d’une publication scientifique mais plutôt de la « cuisine interne » de la recherche, qui a donc vocation à être présenté sur ce carnet de recherche.

Bonne lecture

Quelques pistes d’analyse sur le cas belge

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Dans le cadre du séminaire Ingénieurs et Société du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, André Grelon, directeur de recherche à l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs), interviendra sur l’existence (ou non existence) d’une profession d’ingénieur en France.

Cette séance aura lieu de 14h à 16h le 11 mars,

au 4ème étage du 41 rue du Port, à Lille (Université Catholique).

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Cette question peut paraître curieuse, sinon choquante. Les ingénieurs français, formés solidement dans des établissements reconnus qui sont régulièrement examinés par une commission composée d’experts, laquelle a toute autorité pour veiller à ce que les programmes d’enseignement soient à la pointe de l’innovation, sont à l’évidence des professionnels avérés. Et ceci n’est pas mis en question.

Pour autant, la question mérite d’être posée. Une profession n’est pas une structure établie de toute éternité, c’est une construction sociale qui passe par différentes phases : de l’émergence à son organisation progressive, sa consolidation, son essor, mais aussi ses difficultés, et éventuellement sa sénescence, voire sa disparition.

Grâce à une série de travaux historiques et sociologiques, on peut ainsi décrire les différentes étapes qu’a connues la profession d’ingénieur. M’appuyant sur ces recherches, je tenterai de montrer qu’il a fallu tout un siècle pour que le monde des ingénieurs en France se structure en profession. Qu’ensuite, au cours du XXe siècle, si elle est reconnue socialement et économiquement, cette profession se segmente de différentes façons, en même temps qu’elle étend son champ de compétences dans des domaines de plus en plus nombreux.

En ce début du XXIe siècle, alors que les modalités de gestion dans les entreprises privilégient le suivi individuel des carrières, les ingénieurs disposent-ils encore de référentiels communs, ont-ils une représentation cohérente de ce qu’est, de ce que serait un ingénieur, de ce que devrait être un ingénieur, pratiquent-ils encore entre eux des formes de solidarité, de reconnaissance réciproque, ou ne sont-ils plus que des atomes de ce vaste ensemble flou que constituent encore les cadres ?

Séminaire « Ingénieur et société »

Dans le cadre du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, un séminaire « ingénieur et société » est organisé par Christelle Didier et Patrick Simonnin.

Ce séminaire alterne les interventions de chercheurs et d’enseignants de formation humaine en école d’ingénieurs. L’objectif  pour les enseignants est de se créer une culture commune autour de la question des ingénieurs, ainsi que d’offrir un espace de présentation et de débats des initiatives nouvelles.

Les chercheurs sollicités interviennent sur différents sujets, qu’il s’agisse de la formation des ingénieurs, en sciences humaines et sociales notamment, de la profession d’ingénieur ou du rapport à la science dans les écoles d’ingénieurs.

La prochaine séance aura lieu le Jeudi 28 janvier de 14h à 16h, au 41 rue du Port (Faculté Libre des Sciences et Techniques), au 4ème Etage.

Le séminaire est libre d’accès et ouvert à tous.

« Entretenir son réseau : le cas des ingénieurs »

 

Communication au colloque de l’Association Française de Sociologie, Avril 2009

Cette étude vise à analyser le fonctionnement des réseaux d’anciens élèves ingénieurs et leur influence dans les trajectoires professionnelles des ingénieurs. Elle est basée sur des entretiens réalisés avec des anciens diplômés d’une Ecole d’ingénieurs de Province, spécialisée dans le secteur aéronautique, visant à repérer les relations qui ont subsisté au cours du temps. Elle met en évidence qu’il n’y a pas de réflexe de recommandation ou « d’esprit de corps » (P. Bourdieu, 1989) proprement dit, c’est-à-dire de contacts entre anciens élèves sans chaîne relationnelle préalable tels qu’on peut les retrouver dans d’autres Ecoles, par exemple celles des Arts et Métiers (C. Day, 1991). Les relations entre anciens élèves se constituent surtout pendant la formation, sur la base d’activités communes partagées au cours de cette période. Ce résultat rejoint donc simplement les travaux sur la sociabilité des jeunes (C. Bidart, 1997) et s’explique par la relative facilité d’insertion professionnelle des diplômés de cette Ecole sur le marché du travail ainsi que leur faible mobilité professionnelle et géographique. Ces hypothèses méritent d’être confirmées par des études comparatives.

TexteComRéseauAncienBès

(Article mis en ligne avec l’aimable autorisation de Marie-Pierre Bès)

Marie-Pierre Bès, marie-pierre.bes **at** isae.fr

ISAE & LISST, Université de Toulouse

Où commence la formation des ingénieurs?

La récente rumeur de l’annonce par le Ministre de l’éducation Luc Chatel de la suppression (en l’occurrence de la mise en place d’une option facultative) de l’histoire-géographie en terminale S peut paraitre surprenante dans le contexte actuel.

A une époque où de nombreux responsables de formations s’agitent sur la « formation humaine » des ingénieurs et où la place de la culture et des humanités au sein des formations à tendance à se voir augmenté, il peut apparaitre paradoxal de vouloir réduire la part accordée à un tel enseignement dans une filière destinée à fournir la quasi-totalité des futurs élèves ingénieurs.

D’autant plus paradoxal que la charge vient du courant idéologique qui a pendant longtemps considéré les « humanités » et la culture générale comme une composante à part entière de la formation de l’individu. Est-ce à dire que celle-ci n’ont plus bonne côte? Rien n’est moins sûr si l’on se penche sur les discours visant à revaloriser la filière littéraire, garante des « humanités » les plus classiques.

De fait, il semble qu’il s’agit surtout d’une tentative d’appliquer un vieux programme de la droite française: la réintroduction des humanités classiques dans l’éducation (on pense notamment aux nombreux combats pour la défense de la culture face aux tentatives des sciences humaines et sociales de « désenchanter » la société depuis le début du XXème siècle) qui s’illustre donc ici par l’omniprésence de l’histoire mémorielle en parallèle à une tentative de minorisation de l’enseignement de courants plus critiques. Cependant, la suppression dans cette filière L des mathématiques en première, et selon la même modalité (mise en option) incite aussi à considérer ces réformes comme une volonté de spécialiser le type de formation. Autrement dit, on peut dire que cette potentielle suppression n’est pas en soit une volonté d’attaquer la culture générale mais plutôt d’en proposer une redéfinition, qui s’appuie sur un courant idéologique déjà ancien.

Pour en revenir aux écoles d’ingénieurs, les conséquences de la réforme ne seront pas moindre. En effet, privées d’une base historique et géographique solide, on peut se demander comment seront reçu l’enseignement d’histoire plus spécialisée, comme l’histoire des sciences qui existe dans certaines écoles. L’intérêt de cette réforme, qui n’est encore qu’une supposition, est au moins d’avoir remis en débat la question de la culture dans les formations, et de ses disciplines qui ne veulent pas être réduite à une simple érudition. La prise de position sur ce sujet de Jacques Sapir (A lire sur Marianne 2) est sans doute très représentative de cette réouverture du débat. La chose est intéressante puisqu’elle ne concerne plus les seuls enseignants des écoles ou les représentants de courants qui par définition s’intéressent à la place de la culture générale (on pense aux prises de positions d’Edgar Morin), mais bel et bien des intellectuels qui s’engagent en tant qu’intellectuels sur cette question.