Les enjeux de l’enseignement de la sociologie en école d’ingénieurs

Annie Dufour, enseignante-chercheuse à l’ISARA, est venue présenter sa recherche sur les enjeux de l’enseignement de la sociologie dans une école d’ingénieurs dans le cadre  « ingénieur et société » organisé par Christelle Didier et Patrick Simonnin au Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille.

Sa présentation, qui revient sur la méthodologie employée (sociologie des curricula), permet de comprendre les tensions internes qui concourt à la mise en place de tel ou tel manière d’envisager la sociologie. Cette analyse des pratiques au sein d’une école permet d’envisager la dimension pratique de l’intégration de sciences humaines dans un cursus de formation, et non plus la seule dimension idéologique qui rend compte des objectifs poursuivis.

Elle a accepté que le fichier audio de son intervention puisse être diffusé ici et  je l’en remercie. (vous pouvez la lire en cliquant dessus ou l’enregistrer par: clic droit> enregistrer le fichier de la cible).

Intervention Annie Dufour

J’ajoute que vous pouvez également consulter sa thèse en version électronique à l’adresse suivante: http://theses.univ-lyon2.fr/sdx/theses/lyon2/1998/adufour

La formation des cadres en Algérie: quelle stratégie?

Bahia Hamzaoui, doctorante à l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs) est intervenu dans le séminaire « Repenser l’ingénieur ? » le jeudi 18 février 2010 .

Son intervention portait sur la formation des cadres en Algérie, notamment à travers la problématique des langues (voir résumé ci-dessous).  La place prise par l’enseignement des langues depuis quelques années n’est pas sans rappelée les évolutions en France, mais, plus encore, la transmission par le biais de la formation en langue de concepts managériaux qu’elle évoque à la fin mérite que l’on s’y attarde.

L’intervention est désormais téléchargeable avec son aimable autorisation.

Bahia Hamzaoui partie 1

Bahia Hamzaoui partie 2

Après 1962, date de l’indépendance du pays, le gouvernement algérien adopte un dirigisme politique et économique où l’état a été le premier acteur pour ne pas dire l’unique et cela pendant plus de deux décennies. (1962-1986)

Octobre 1988, les émeutes des grandes villes engendrées principalement par les jeunes en mal de vie et de liberté d’expression ont violement démontré la déception d’un peuple en un régime répressif. Suite à ces événements l’Algérie a vécu « la décennie noire » dont les répercussions restent encore visibles. Ce dérapage social qui a coïncidé avec la fin du monde bipolaire contraint le gouvernement en 1990 d’adopter une posture économique libérale qui va entrainer des réformes structurelles exigeant de nouvelles bases dans le système bancaire, judiciaire, de la fiscalité…

L’application de ces nouvelles exigences suite à la libéralisation économique du pays, nécessitait de nouvelles performances pour les acteurs de cette nouvelle économie. Par conséquent, le cadre algérien devait être formé pour augmenter les chances de son entreprise de survie qui se heurte à des concurrences jusque là inconnues.

Avant 1995, Le cadre dans l’entreprise publique ou privée était banalisé dans son rôle professionnel par manque de procédures claires dans le déroulement des carrières depuis 1962. La carrière d’un cadre était encré dans un clanisme, un népotisme et un relationnel.. ; Autant de mécanismes qui faisaient et défaisaient les carrières. Aujourd’hui le cadre n’est plus soumis à l’exécution et à l’application pure et simple de décisions mais il est passé à celui qui détient un pouvoir de commandement dans son entreprise qu’il soit cadre supérieur, ou cadre moyen.

Cette présentation tentera de clarifier la nouvelle notion de « cadre » en Algérie, le nouveau rôle qui lui est attribué en passant par ces formations durant son parcours et essayer de découvrir la stratégie d’une grande entreprise de transport d’hydrocarbures (TRC) derrière ces formations nombreuses et surtout l’impact sur l’entreprise, le cadre et l’économie en général.