Conférence débat

La résistible ascension des femmes ingénieurs

Par

Catherine Marry

Directrice de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs,

auteure de l’ouvrage Les femmes ingénieurs, une révolution respectueuse, Belin, coll. « Perspectives sociologiques », 2004.

Le

Samedi 8 mai

14h30-17h

Péniche Antipode

Face au 55 Quai de la Seine

75019 Paris

(Métro Laumière Ligne 5 ou Riquet ligne 7)

L’éducation chez Gaston Berger : technique et sciences humaines a l’INSA de Lyon

Par Marie-Pierre ESCUDIE, GREPH (IEP de Lyon) et STOICA (INSA de Lyon)

La création de l’Institut National des Sciences Appliquées, à Lyon en 1957, par Gaston Berger, Directeur général de l’Enseignement supérieur, est exemplaire d’une volonté de réforme intellectuelle de la formation des ingénieurs.

Au travers de cette réalisation, nous soutenons que, dans l’œuvre de Gaston Berger, l’éducation de l’homme moderne (ici l’ingénieur) passe par une institutionnalisation, une reconnaissance, des sciences humaines et sociales dans les écoles d’ingénieurs, impliquant un rapport renouvelé à la technique, dans le but de restituer à cet enseignement des SHS le sens d’un instrument actif de réforme de la société.

Ainsi nous analyserons, à partir de sa pensée prospective et de son action administrative, la mise en œuvre de ce projet politique d’éducation, à caractère utopique, au sein de l’INSA de Lyon.

Le travail de Marie-Pierre Escudie, qui s’inscrit dans la perspective de l’histoire de la pensée, permet de renouveler l’approche de ce personnage central dans l’histoire des Ecoles d’Ingénieurs mais aussi des sciences humaines et sociales. Fondateur en tant que Directeur Général de l’Enseignement Supérieur de l’INSA de Lyon ainsi que de la Maison des Sciences de l’Homme avec Fernand Braudel, son travail ne peut pas être étudié à la seule lumière de ses réalisations administratives et il est très intéressant d’aborder celles-ci à partir de sa pensée philosophique. C’est ce que propose le travail de Marie-Pierre Escudie, reconstituant les liens entre l’oeuvre et la pensée de Gaston Berger, qui, profondément ancrée dans l’analyse prospective, va chercher à comprendre les relations entre l’homme et la technique et va être l’un des animateurs du débats foisonnant des années 1950 sur les sciences humaines et sociales et les ingénieurs.

Séminaire « Repenser l’ingénieur? »

Saîda Temam, doctorante à l’Université Paris 8, Département de Géographie interviendra dans le séminaire « Repenser l’ingénieur ? » le jeudi 18 mars 2010 de 17h à 19h en salle D131 à l’ENS Jourdan (48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, Métro Porte d’Orléans)

Stratégies de gestion du risque inondation, ingénieurs et ouvrages d’art sur la Loire nivernaise aux 18ème et 19ème siècles.

A travers l’exemple de la Loire Nivernaise, nous montrons quels principes président à l’aménagement de la Loire au 18ème siècle.  Pour ce secteur, l’ajustement du lit du fleuve s’est fait progressivement et de façon très empirique à partir du 18ème siècle, non pas pour protéger terres et cités des crues mais avant tout pour moderniser la navigation en Loire. Le 18ème siècle est le siècle d’une industrie métallurgique en pleine croissance et d’un commerce fluvial s’intensifiant sur l’ensemble de la Loire. Est mis en lumière le rôle déterminant des ingénieurs d’Ancien régime, Régemorte et Bouchet, qui en expérimentant de nouvelles techniques, mettent en place un schéma cohérent et durable d’aménagement du fleuve révélant ainsi une réelle prise en compte du risque d’inondation et de la vulnérabilité du site. Leurs méthodes essentiellement empiriques s’appuient sur une connaissance approfondie du fonctionnement hydrologique et morphodynamique de ce grand fleuve et par une observation fine et le constat de l’impact souvent négatif des ouvrages.

Trouver la solution technique aux inondations a nécessité la multiplication des recherches et un ajustement perpétuel de ces mêmes ouvrages fluviaux relevant le plus souvent d’un «rafistolage» empirique et ponctuel. Ils ont  modifiés et adaptés les aménagements tant et si bien que les levées ont traversé les siècles pour rester encore aujourd’hui des ouvrages majeurs de protection contre les inondations. Pour cela, il a fallu qu’en parallèle se fassent une perpétuation et une évolution depuis le 18ème siècle, d’un savoir et d’une technique de prévention des inondations. Les manuels pédagogiques des ingénieurs hydrauliciens démontrent l’active recherche qui est faite dans ce domaine et fondent le savoir théorique sur le fleuve permettant ainsi la réalisation d’outils pertinents pour optimiser sa gestion (cartes et plans du cours aménagé de la Loire).

Suite aux trois grandes crues historiques du 19ème siècle, un grand programme de lutte contre les inondations a été mis en place se fondant sur une cartographie de l’ensemble du cours de la Loire : les cartes dites de Coumes, au 20000ème permettent de représenter les ouvrages existants et d’envisager les futurs à construire. Le rôle des ingénieurs de la Loire n’est plus à démontrer tant pour l’aménagement de la Loire que l’établissement de stratégies de lutte contre les inondations du fleuve. Ces dernières sont mise en place grâce à la réhabilitation du savoir des ingénieurs d’Ancien régime qui avait été entre temps délaissés (Cf. les écrits de l’ingénieur Comoy).

En filigrane de cette recherche de nouvelles techniques pour résoudre le problème des inondations se lit également la remise en cause du rôle d’expert que joue l’ingénieur gestionnaire du fleuve ce que nous montrerons lors de l’intervention proposée. L’ébranlement de l’aura de l’ingénieur est surtout «lisible» lors des trois grandes crues historiques qui ont été révélatrice d’une perte de confiance en l’ingénieur par les populations et l’Etat. Ces événements hydrologiques n’amorceraient-ils pas une crise environnementale ayant pour conséquence première une crise de l’expertise ? Pour ce faire, il importe de saisir les changements et les ajustements que la crise environnementale aurait pu ou non susciter en analysant l’évolution de la vision du fleuve par les acteurs (l’ingénieur) visible notamment à travers les aménagements réalisés ou envisagés sur la Loire, pendant et après la crise ? L’analyse du discours de l’ingénieur de la Loire (documents archivistiques) est fait au travers de la perception et de la gestion de cette période de «crise», de désorganisation qui met en lumière les confrontations qu’elle provoque au sein de la société.

Repenser l’ingénieur ?

Ce jeudi 21 janvier aura lieu la troisième séance du séminaire « Repenser l’Ingénieur », avec Antoine Derouet, doctorant à l‘EHESS dont la présentation portera sur:

La formation sociale de l’ingénieur: genèse d’une notion

Le séminaire est ouvert à tous et se déroulera de:

De 17h à 19h
Salle D131
ENS Jourdan
(48 boulevard Jourdan, 75014 Paris)

Ingénieur en Europe : l’émergence de la profession et la construction de l’identité professionnelle (XVIIIe-XIXe siècles)

Dans le cadre du séminaire mensuel « Repenser l’ingénieur ? », Irina Gouzévitch, Centre Maurice Halbwachs/EHESS, est venu nous présenter ses réflexions issues de ses travaux sur l’histoire des ingénieurs en Europe dont elle est une spécialiste.

Sa présentation portait sur la structuration de la profession autour de la notion d’expert technique, tout d’abord au service de l’Etat puis au service de l’industrie durant les XVIIIe-XIXe siècles, à partir des travaux effectués avec Hélène Verin et André Grelon.

Sa présentation, qui sera mise en ligne prochainement, portait tout spécialement sur la XVIIIè siècle.

Une étude de circulation des savoirs entre institutions : le cas d’une formation professionnelle de futurs ingénieurs

Par Avenilde Romo Vázquez, Docteur de Didactique des Disciplines de l’Université Paris 7 Diderot, qui interviendra sur sa recherche de doctorat, soutenue récemment.

La présentation de Avenilde, issue de sa thèse, constitue un matériau empirique de premier ordre pour qui s’intéresse à la formation des ingénieurs. L’angle privilégié ici, la formation des ingénieurs en mathématiques, permet de s’interroger sur une caractéristique majeure de la structuration du groupe professionnel. En effet, la spécificité de l’ingénieur est sa formation poussée en mathématiques qui constitue une partie de son approche très spécifique des objets envisagés, comme Hélène Verin a pu le rappeler dans ses ouvrages.

Ainsi, s’intéresser à la formation en mathématique, c’est s’intéresser à la manière dont un ingénieur va poser un problème, à cette problématisation qui constitue son exercice professionnel. Le travail d’Avenilde Romo Vasquez se veut un travail expérimental et cherche donc les manières d’améliorer la formation des ingénieurs, dans une optique de didactique.

Cependant, une partie de sa réflexion peut être aisément reprise et permet d’interroger la manière dont les mathématiques vont « contaminer » la totalité du cursus, s’imposant comme un recours systématique même dans des enseignements n’ayant pas de rapports directs avec la disciplines mathématiques. On pense notamment au graphique présenté sur les interfaces entre les différents niveaux de disciplines: tâches, techniques, technologie, théorieoutils théorique.
Pour conclure, on peut donc dire que son intervention, dont on joint ici la présentation et un fichier audio, permet d’allier la richesse de ses sources sur les mathématiques, et leur grande maitrise, et leur conceptualisation par l’intermédiaire d’un outil très heuristique.

Présentation (*.ppt)

Séminaire « Repenser l’ingénieur? »

« Repenser l’ingénieur? »

Coordonné par Antoine Derouet (doctorant Ehess/CMH) dans le cadre du projet « Former l’ingénieur citoyen: savoirs, pratiques, acteurs » en partenariat avec Ingénieurs Sans Frontières

Très en vogue durant les années 1970-80, la question des ingénieurs s’est peu à peu évanouie au profit d’une problématique plus large, celle des cadres. Le questionnement sur les ingénieurs est cependant resté actif, notamment autour d’Antoine Picon et d’André Grelon. Les études autour de cet objet ont prise une nouvelles voie ces dernières années, voie marquée par une diversification des problématiques.

Ces nouvelles interrogations semblent être marquées par plusieurs évolutions épistémologiques significatives. La structuration progressive de la Sociologie des groupes professionnels d’un côté et du courant des Sciences and Technology Studies de l’autre en deux ensembles théoriques distincts et consistants, semble permettre aujourd’hui une mutualisation des approches.

Outre ces deux apports théoriques qui renouvellent singulièrement la question des ingénieurs, il faut signaler l’évolution historiographique en la matière. Des préoccupations plus actuelles deviennent un nouveau prisme pour l’étude des ingénieurs : l’émergence de la problématique de l’éthique rejoint les interrogations sur le rapport au progrès et aux risques technologiques, et s’inscrit même aujourd’hui dans la thématique large du « développement durable ». De la même manière, l’éclatement des formations et leur croissance réinterrogent sous un nouveau jour la structuration de ce champ, alors même que la question de la mondialisation pose celle de l’internationalisation et de la circulation des modèles de formation, et ce dès l’origine.

Le séminaire se proposera donc de se pencher sur la question des ingénieurs, entendu au sens large puisqu’il s’agira aussi bien de regarder dans l’histoire de la profession que de s’interroger sur des pratiques actuelles, aussi bien sur les fonctions techniques des ingénieurs que sur leurs fonctions sociales.

Programme du séminaire « repenser l’ingénieur? »