Les formations d’ingénieurs en France : un modèle en question ?

Les travaux d’histoire et de sociologie sur les formations d’ingénieurs s’accordent le plus souvent sur une vision commune. Selon eux, le système de traditions de la profession explique la persistance d’un modèle traditionnel de formation de l’ingénieur, basé sur la maîtrise des sciences exactes puis les compétences techniques. Parfois, un « supplément d’âme » d’enseignements « non-techniques » subsiste à leurs côtés. Ce modèle, plutôt proche du modèle actuel, aurait survécu à plusieurs vagues de débats visant à réformer les cursus en donnant une place plus conséquente à la formation dite « humaine ». Ainsi, les années 1900-1930 ont été marquées par des débats sur le « rôle social de l’ingénieur », les trentes glorieuses par la « maîtrise du facteur humain », les années 1980 par la «technologie appropriée », et les années 1990-2000 par une généralisation de l’intérêt pour l’éthique et le développement durable.

En apparence, on pourrait penser que ces débats ont pour point commun la remise en question d’une certaine idéologie technicienne, mais est-ce réellement le cas? De plus, si le modèle de formation de l’ingénieur est bien en question, ces débats ne suscitent la plupart du temps que des remaniements modestes des cursus de formation : le débat existe mais le changement ne se produit pas. Pourquoi ? C’est ce défaut de compréhension que vise à combler le projet « Former l’Ingénieur Citoyen » et la recherche sur les « sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs ».