Où commence la formation des ingénieurs?

La récente rumeur de l’annonce par le Ministre de l’éducation Luc Chatel de la suppression (en l’occurrence de la mise en place d’une option facultative) de l’histoire-géographie en terminale S peut paraitre surprenante dans le contexte actuel.

A une époque où de nombreux responsables de formations s’agitent sur la « formation humaine » des ingénieurs et où la place de la culture et des humanités au sein des formations à tendance à se voir augmenté, il peut apparaitre paradoxal de vouloir réduire la part accordée à un tel enseignement dans une filière destinée à fournir la quasi-totalité des futurs élèves ingénieurs.

D’autant plus paradoxal que la charge vient du courant idéologique qui a pendant longtemps considéré les « humanités » et la culture générale comme une composante à part entière de la formation de l’individu. Est-ce à dire que celle-ci n’ont plus bonne côte? Rien n’est moins sûr si l’on se penche sur les discours visant à revaloriser la filière littéraire, garante des « humanités » les plus classiques.

De fait, il semble qu’il s’agit surtout d’une tentative d’appliquer un vieux programme de la droite française: la réintroduction des humanités classiques dans l’éducation (on pense notamment aux nombreux combats pour la défense de la culture face aux tentatives des sciences humaines et sociales de « désenchanter » la société depuis le début du XXème siècle) qui s’illustre donc ici par l’omniprésence de l’histoire mémorielle en parallèle à une tentative de minorisation de l’enseignement de courants plus critiques. Cependant, la suppression dans cette filière L des mathématiques en première, et selon la même modalité (mise en option) incite aussi à considérer ces réformes comme une volonté de spécialiser le type de formation. Autrement dit, on peut dire que cette potentielle suppression n’est pas en soit une volonté d’attaquer la culture générale mais plutôt d’en proposer une redéfinition, qui s’appuie sur un courant idéologique déjà ancien.

Pour en revenir aux écoles d’ingénieurs, les conséquences de la réforme ne seront pas moindre. En effet, privées d’une base historique et géographique solide, on peut se demander comment seront reçu l’enseignement d’histoire plus spécialisée, comme l’histoire des sciences qui existe dans certaines écoles. L’intérêt de cette réforme, qui n’est encore qu’une supposition, est au moins d’avoir remis en débat la question de la culture dans les formations, et de ses disciplines qui ne veulent pas être réduite à une simple érudition. La prise de position sur ce sujet de Jacques Sapir (A lire sur Marianne 2) est sans doute très représentative de cette réouverture du débat. La chose est intéressante puisqu’elle ne concerne plus les seuls enseignants des écoles ou les représentants de courants qui par définition s’intéressent à la place de la culture générale (on pense aux prises de positions d’Edgar Morin), mais bel et bien des intellectuels qui s’engagent en tant qu’intellectuels sur cette question.

Une étude de circulation des savoirs entre institutions : le cas d’une formation professionnelle de futurs ingénieurs

Par Avenilde Romo Vázquez, Docteur de Didactique des Disciplines de l’Université Paris 7 Diderot, qui interviendra sur sa recherche de doctorat, soutenue récemment.

La présentation de Avenilde, issue de sa thèse, constitue un matériau empirique de premier ordre pour qui s’intéresse à la formation des ingénieurs. L’angle privilégié ici, la formation des ingénieurs en mathématiques, permet de s’interroger sur une caractéristique majeure de la structuration du groupe professionnel. En effet, la spécificité de l’ingénieur est sa formation poussée en mathématiques qui constitue une partie de son approche très spécifique des objets envisagés, comme Hélène Verin a pu le rappeler dans ses ouvrages.

Ainsi, s’intéresser à la formation en mathématique, c’est s’intéresser à la manière dont un ingénieur va poser un problème, à cette problématisation qui constitue son exercice professionnel. Le travail d’Avenilde Romo Vasquez se veut un travail expérimental et cherche donc les manières d’améliorer la formation des ingénieurs, dans une optique de didactique.

Cependant, une partie de sa réflexion peut être aisément reprise et permet d’interroger la manière dont les mathématiques vont « contaminer » la totalité du cursus, s’imposant comme un recours systématique même dans des enseignements n’ayant pas de rapports directs avec la disciplines mathématiques. On pense notamment au graphique présenté sur les interfaces entre les différents niveaux de disciplines: tâches, techniques, technologie, théorieoutils théorique.
Pour conclure, on peut donc dire que son intervention, dont on joint ici la présentation et un fichier audio, permet d’allier la richesse de ses sources sur les mathématiques, et leur grande maitrise, et leur conceptualisation par l’intermédiaire d’un outil très heuristique.

Présentation (*.ppt)

Séminaire « Repenser l’ingénieur? »

« Repenser l’ingénieur? »

Coordonné par Antoine Derouet (doctorant Ehess/CMH) dans le cadre du projet « Former l’ingénieur citoyen: savoirs, pratiques, acteurs » en partenariat avec Ingénieurs Sans Frontières

Très en vogue durant les années 1970-80, la question des ingénieurs s’est peu à peu évanouie au profit d’une problématique plus large, celle des cadres. Le questionnement sur les ingénieurs est cependant resté actif, notamment autour d’Antoine Picon et d’André Grelon. Les études autour de cet objet ont prise une nouvelles voie ces dernières années, voie marquée par une diversification des problématiques.

Ces nouvelles interrogations semblent être marquées par plusieurs évolutions épistémologiques significatives. La structuration progressive de la Sociologie des groupes professionnels d’un côté et du courant des Sciences and Technology Studies de l’autre en deux ensembles théoriques distincts et consistants, semble permettre aujourd’hui une mutualisation des approches.

Outre ces deux apports théoriques qui renouvellent singulièrement la question des ingénieurs, il faut signaler l’évolution historiographique en la matière. Des préoccupations plus actuelles deviennent un nouveau prisme pour l’étude des ingénieurs : l’émergence de la problématique de l’éthique rejoint les interrogations sur le rapport au progrès et aux risques technologiques, et s’inscrit même aujourd’hui dans la thématique large du « développement durable ». De la même manière, l’éclatement des formations et leur croissance réinterrogent sous un nouveau jour la structuration de ce champ, alors même que la question de la mondialisation pose celle de l’internationalisation et de la circulation des modèles de formation, et ce dès l’origine.

Le séminaire se proposera donc de se pencher sur la question des ingénieurs, entendu au sens large puisqu’il s’agira aussi bien de regarder dans l’histoire de la profession que de s’interroger sur des pratiques actuelles, aussi bien sur les fonctions techniques des ingénieurs que sur leurs fonctions sociales.

Programme du séminaire « repenser l’ingénieur? »