Séminaire « Ingénieur et société »

Dans le cadre du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, un séminaire « ingénieur et société » est organisé par Christelle Didier et Patrick Simonnin.

Ce séminaire alterne les interventions de chercheurs et d’enseignants de formation humaine en école d’ingénieurs. L’objectif  pour les enseignants est de se créer une culture commune autour de la question des ingénieurs, ainsi que d’offrir un espace de présentation et de débats des initiatives nouvelles.

Les chercheurs sollicités interviennent sur différents sujets, qu’il s’agisse de la formation des ingénieurs, en sciences humaines et sociales notamment, de la profession d’ingénieur ou du rapport à la science dans les écoles d’ingénieurs.

La prochaine séance aura lieu le Jeudi 28 janvier de 14h à 16h, au 41 rue du Port (Faculté Libre des Sciences et Techniques), au 4ème Etage.

Le séminaire est libre d’accès et ouvert à tous.

Repenser l’ingénieur ?

Ce jeudi 21 janvier aura lieu la troisième séance du séminaire « Repenser l’Ingénieur », avec Antoine Derouet, doctorant à l‘EHESS dont la présentation portera sur:

La formation sociale de l’ingénieur: genèse d’une notion

Le séminaire est ouvert à tous et se déroulera de:

De 17h à 19h
Salle D131
ENS Jourdan
(48 boulevard Jourdan, 75014 Paris)

« Entretenir son réseau : le cas des ingénieurs »

 

Communication au colloque de l’Association Française de Sociologie, Avril 2009

Cette étude vise à analyser le fonctionnement des réseaux d’anciens élèves ingénieurs et leur influence dans les trajectoires professionnelles des ingénieurs. Elle est basée sur des entretiens réalisés avec des anciens diplômés d’une Ecole d’ingénieurs de Province, spécialisée dans le secteur aéronautique, visant à repérer les relations qui ont subsisté au cours du temps. Elle met en évidence qu’il n’y a pas de réflexe de recommandation ou « d’esprit de corps » (P. Bourdieu, 1989) proprement dit, c’est-à-dire de contacts entre anciens élèves sans chaîne relationnelle préalable tels qu’on peut les retrouver dans d’autres Ecoles, par exemple celles des Arts et Métiers (C. Day, 1991). Les relations entre anciens élèves se constituent surtout pendant la formation, sur la base d’activités communes partagées au cours de cette période. Ce résultat rejoint donc simplement les travaux sur la sociabilité des jeunes (C. Bidart, 1997) et s’explique par la relative facilité d’insertion professionnelle des diplômés de cette Ecole sur le marché du travail ainsi que leur faible mobilité professionnelle et géographique. Ces hypothèses méritent d’être confirmées par des études comparatives.

TexteComRéseauAncienBès

(Article mis en ligne avec l’aimable autorisation de Marie-Pierre Bès)

Marie-Pierre Bès, marie-pierre.bes **at** isae.fr

ISAE & LISST, Université de Toulouse