Les enjeux de l’enseignement de la sociologie en école d’ingénieurs

Annie Dufour, enseignante-chercheuse à l’ISARA, est venue présenter sa recherche sur les enjeux de l’enseignement de la sociologie dans une école d’ingénieurs dans le cadre  « ingénieur et société » organisé par Christelle Didier et Patrick Simonnin au Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille.

Sa présentation, qui revient sur la méthodologie employée (sociologie des curricula), permet de comprendre les tensions internes qui concourt à la mise en place de tel ou tel manière d’envisager la sociologie. Cette analyse des pratiques au sein d’une école permet d’envisager la dimension pratique de l’intégration de sciences humaines dans un cursus de formation, et non plus la seule dimension idéologique qui rend compte des objectifs poursuivis.

Elle a accepté que le fichier audio de son intervention puisse être diffusé ici et  je l’en remercie. (vous pouvez la lire en cliquant dessus ou l’enregistrer par: clic droit> enregistrer le fichier de la cible).

Intervention Annie Dufour

J’ajoute que vous pouvez également consulter sa thèse en version électronique à l’adresse suivante: http://theses.univ-lyon2.fr/sdx/theses/lyon2/1998/adufour

La formation des cadres en Algérie: quelle stratégie?

Bahia Hamzaoui, doctorante à l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs) est intervenu dans le séminaire « Repenser l’ingénieur ? » le jeudi 18 février 2010 .

Son intervention portait sur la formation des cadres en Algérie, notamment à travers la problématique des langues (voir résumé ci-dessous).  La place prise par l’enseignement des langues depuis quelques années n’est pas sans rappelée les évolutions en France, mais, plus encore, la transmission par le biais de la formation en langue de concepts managériaux qu’elle évoque à la fin mérite que l’on s’y attarde.

L’intervention est désormais téléchargeable avec son aimable autorisation.

Bahia Hamzaoui partie 1

Bahia Hamzaoui partie 2

Après 1962, date de l’indépendance du pays, le gouvernement algérien adopte un dirigisme politique et économique où l’état a été le premier acteur pour ne pas dire l’unique et cela pendant plus de deux décennies. (1962-1986)

Octobre 1988, les émeutes des grandes villes engendrées principalement par les jeunes en mal de vie et de liberté d’expression ont violement démontré la déception d’un peuple en un régime répressif. Suite à ces événements l’Algérie a vécu « la décennie noire » dont les répercussions restent encore visibles. Ce dérapage social qui a coïncidé avec la fin du monde bipolaire contraint le gouvernement en 1990 d’adopter une posture économique libérale qui va entrainer des réformes structurelles exigeant de nouvelles bases dans le système bancaire, judiciaire, de la fiscalité…

L’application de ces nouvelles exigences suite à la libéralisation économique du pays, nécessitait de nouvelles performances pour les acteurs de cette nouvelle économie. Par conséquent, le cadre algérien devait être formé pour augmenter les chances de son entreprise de survie qui se heurte à des concurrences jusque là inconnues.

Avant 1995, Le cadre dans l’entreprise publique ou privée était banalisé dans son rôle professionnel par manque de procédures claires dans le déroulement des carrières depuis 1962. La carrière d’un cadre était encré dans un clanisme, un népotisme et un relationnel.. ; Autant de mécanismes qui faisaient et défaisaient les carrières. Aujourd’hui le cadre n’est plus soumis à l’exécution et à l’application pure et simple de décisions mais il est passé à celui qui détient un pouvoir de commandement dans son entreprise qu’il soit cadre supérieur, ou cadre moyen.

Cette présentation tentera de clarifier la nouvelle notion de « cadre » en Algérie, le nouveau rôle qui lui est attribué en passant par ces formations durant son parcours et essayer de découvrir la stratégie d’une grande entreprise de transport d’hydrocarbures (TRC) derrière ces formations nombreuses et surtout l’impact sur l’entreprise, le cadre et l’économie en général.

Séminaire « Repenser l’ingénieur? »

Saîda Temam, doctorante à l’Université Paris 8, Département de Géographie interviendra dans le séminaire « Repenser l’ingénieur ? » le jeudi 18 mars 2010 de 17h à 19h en salle D131 à l’ENS Jourdan (48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, Métro Porte d’Orléans)

Stratégies de gestion du risque inondation, ingénieurs et ouvrages d’art sur la Loire nivernaise aux 18ème et 19ème siècles.

A travers l’exemple de la Loire Nivernaise, nous montrons quels principes président à l’aménagement de la Loire au 18ème siècle.  Pour ce secteur, l’ajustement du lit du fleuve s’est fait progressivement et de façon très empirique à partir du 18ème siècle, non pas pour protéger terres et cités des crues mais avant tout pour moderniser la navigation en Loire. Le 18ème siècle est le siècle d’une industrie métallurgique en pleine croissance et d’un commerce fluvial s’intensifiant sur l’ensemble de la Loire. Est mis en lumière le rôle déterminant des ingénieurs d’Ancien régime, Régemorte et Bouchet, qui en expérimentant de nouvelles techniques, mettent en place un schéma cohérent et durable d’aménagement du fleuve révélant ainsi une réelle prise en compte du risque d’inondation et de la vulnérabilité du site. Leurs méthodes essentiellement empiriques s’appuient sur une connaissance approfondie du fonctionnement hydrologique et morphodynamique de ce grand fleuve et par une observation fine et le constat de l’impact souvent négatif des ouvrages.

Trouver la solution technique aux inondations a nécessité la multiplication des recherches et un ajustement perpétuel de ces mêmes ouvrages fluviaux relevant le plus souvent d’un «rafistolage» empirique et ponctuel. Ils ont  modifiés et adaptés les aménagements tant et si bien que les levées ont traversé les siècles pour rester encore aujourd’hui des ouvrages majeurs de protection contre les inondations. Pour cela, il a fallu qu’en parallèle se fassent une perpétuation et une évolution depuis le 18ème siècle, d’un savoir et d’une technique de prévention des inondations. Les manuels pédagogiques des ingénieurs hydrauliciens démontrent l’active recherche qui est faite dans ce domaine et fondent le savoir théorique sur le fleuve permettant ainsi la réalisation d’outils pertinents pour optimiser sa gestion (cartes et plans du cours aménagé de la Loire).

Suite aux trois grandes crues historiques du 19ème siècle, un grand programme de lutte contre les inondations a été mis en place se fondant sur une cartographie de l’ensemble du cours de la Loire : les cartes dites de Coumes, au 20000ème permettent de représenter les ouvrages existants et d’envisager les futurs à construire. Le rôle des ingénieurs de la Loire n’est plus à démontrer tant pour l’aménagement de la Loire que l’établissement de stratégies de lutte contre les inondations du fleuve. Ces dernières sont mise en place grâce à la réhabilitation du savoir des ingénieurs d’Ancien régime qui avait été entre temps délaissés (Cf. les écrits de l’ingénieur Comoy).

En filigrane de cette recherche de nouvelles techniques pour résoudre le problème des inondations se lit également la remise en cause du rôle d’expert que joue l’ingénieur gestionnaire du fleuve ce que nous montrerons lors de l’intervention proposée. L’ébranlement de l’aura de l’ingénieur est surtout «lisible» lors des trois grandes crues historiques qui ont été révélatrice d’une perte de confiance en l’ingénieur par les populations et l’Etat. Ces événements hydrologiques n’amorceraient-ils pas une crise environnementale ayant pour conséquence première une crise de l’expertise ? Pour ce faire, il importe de saisir les changements et les ajustements que la crise environnementale aurait pu ou non susciter en analysant l’évolution de la vision du fleuve par les acteurs (l’ingénieur) visible notamment à travers les aménagements réalisés ou envisagés sur la Loire, pendant et après la crise ? L’analyse du discours de l’ingénieur de la Loire (documents archivistiques) est fait au travers de la perception et de la gestion de cette période de «crise», de désorganisation qui met en lumière les confrontations qu’elle provoque au sein de la société.

Les sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs en Belgique

Dans le cadre de la coopération entre le CNRS et le Fonds de la Recherche Scientifique (FRS-FNRS) et le Commissariat général aux relations internationales (CGRI) de la communauté française de Belgique, j’ai pu réalisé l’année précédente un travail de terrain à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Catholique de Louvain.

Ce travail me permets d’ors et déjà de dégager quelques pistes d’analyses qui se retrouve dans ce rapport scientifique que le CNRS m’a permis de reproduire ici.

Il va de soi qu’il ne s’agit pas d’une publication scientifique mais plutôt de la « cuisine interne » de la recherche, qui a donc vocation à être présenté sur ce carnet de recherche.

Bonne lecture

Quelques pistes d’analyse sur le cas belge

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Dans le cadre du séminaire Ingénieurs et Société du Département d’Ethique de l’Université Catholique de Lille, André Grelon, directeur de recherche à l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs), interviendra sur l’existence (ou non existence) d’une profession d’ingénieur en France.

Cette séance aura lieu de 14h à 16h le 11 mars,

au 4ème étage du 41 rue du Port, à Lille (Université Catholique).

Les ingénieurs français forment-ils aujourd’hui une profession ?

Cette question peut paraître curieuse, sinon choquante. Les ingénieurs français, formés solidement dans des établissements reconnus qui sont régulièrement examinés par une commission composée d’experts, laquelle a toute autorité pour veiller à ce que les programmes d’enseignement soient à la pointe de l’innovation, sont à l’évidence des professionnels avérés. Et ceci n’est pas mis en question.

Pour autant, la question mérite d’être posée. Une profession n’est pas une structure établie de toute éternité, c’est une construction sociale qui passe par différentes phases : de l’émergence à son organisation progressive, sa consolidation, son essor, mais aussi ses difficultés, et éventuellement sa sénescence, voire sa disparition.

Grâce à une série de travaux historiques et sociologiques, on peut ainsi décrire les différentes étapes qu’a connues la profession d’ingénieur. M’appuyant sur ces recherches, je tenterai de montrer qu’il a fallu tout un siècle pour que le monde des ingénieurs en France se structure en profession. Qu’ensuite, au cours du XXe siècle, si elle est reconnue socialement et économiquement, cette profession se segmente de différentes façons, en même temps qu’elle étend son champ de compétences dans des domaines de plus en plus nombreux.

En ce début du XXIe siècle, alors que les modalités de gestion dans les entreprises privilégient le suivi individuel des carrières, les ingénieurs disposent-ils encore de référentiels communs, ont-ils une représentation cohérente de ce qu’est, de ce que serait un ingénieur, de ce que devrait être un ingénieur, pratiquent-ils encore entre eux des formes de solidarité, de reconnaissance réciproque, ou ne sont-ils plus que des atomes de ce vaste ensemble flou que constituent encore les cadres ?