Conférence débat

La résistible ascension des femmes ingénieurs

Par

Catherine Marry

Directrice de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs,

auteure de l’ouvrage Les femmes ingénieurs, une révolution respectueuse, Belin, coll. « Perspectives sociologiques », 2004.

Le

Samedi 8 mai

14h30-17h

Péniche Antipode

Face au 55 Quai de la Seine

75019 Paris

(Métro Laumière Ligne 5 ou Riquet ligne 7)

L’éducation chez Gaston Berger : technique et sciences humaines a l’INSA de Lyon

Par Marie-Pierre ESCUDIE, GREPH (IEP de Lyon) et STOICA (INSA de Lyon)

La création de l’Institut National des Sciences Appliquées, à Lyon en 1957, par Gaston Berger, Directeur général de l’Enseignement supérieur, est exemplaire d’une volonté de réforme intellectuelle de la formation des ingénieurs.

Au travers de cette réalisation, nous soutenons que, dans l’œuvre de Gaston Berger, l’éducation de l’homme moderne (ici l’ingénieur) passe par une institutionnalisation, une reconnaissance, des sciences humaines et sociales dans les écoles d’ingénieurs, impliquant un rapport renouvelé à la technique, dans le but de restituer à cet enseignement des SHS le sens d’un instrument actif de réforme de la société.

Ainsi nous analyserons, à partir de sa pensée prospective et de son action administrative, la mise en œuvre de ce projet politique d’éducation, à caractère utopique, au sein de l’INSA de Lyon.

Le travail de Marie-Pierre Escudie, qui s’inscrit dans la perspective de l’histoire de la pensée, permet de renouveler l’approche de ce personnage central dans l’histoire des Ecoles d’Ingénieurs mais aussi des sciences humaines et sociales. Fondateur en tant que Directeur Général de l’Enseignement Supérieur de l’INSA de Lyon ainsi que de la Maison des Sciences de l’Homme avec Fernand Braudel, son travail ne peut pas être étudié à la seule lumière de ses réalisations administratives et il est très intéressant d’aborder celles-ci à partir de sa pensée philosophique. C’est ce que propose le travail de Marie-Pierre Escudie, reconstituant les liens entre l’oeuvre et la pensée de Gaston Berger, qui, profondément ancrée dans l’analyse prospective, va chercher à comprendre les relations entre l’homme et la technique et va être l’un des animateurs du débats foisonnant des années 1950 sur les sciences humaines et sociales et les ingénieurs.