Quand les ingénieurs débattent de leur formation non technique: socio-histoire d’un processus de repositionnement professionnel

Le billet précédent expliquait l’importance de faire un focus particulier sur les débats autour des formations pour comprendre l’évolution idéologique de la profession, et notamment saisir au mieux les évolutions au sein des écoles. Toutefois, le lien entre ces débats et les écoles n’est pas mécanique et il faut se méfier d’une interprétation trop hâtive, les réalisations en écoles ne faisant que très rarement référence directement aux débats plus généraux, du moins jusqu’à une période récente.

Les débats doivent être étudiés non pour leur normativité, mais en ce qu’ils contribuent à l’évolution des modèles pour penser la formation, autant qu’ils en témoignent. Par ailleurs, étudier à long terme cette évolution permet de comprendre comment les débats actuels se structurent et comment ils sont l’héritage de schèmes anciens.

C’est notamment la perspective empruntée dans un rapport récent écrit avec Simon Paye pour la CFE-CGC dans le cadre des publications soutenues par l’IRES. Ce rapport de vulgarisation ne prétend pas à l’exhaustivité de l’étude de la période et tente plutôt, à partir des sources d’archives, de retracer l’évolution des débats sur deux siècles, pour faire le lien avec la construction des catégories de pensées qui, encore aujourd’hui, sont le prisme d’appréhension de cette réalité sociale particulière que sont les Sciences humaines et sociales dans les formations d’ingénieurs.

Ce rapport est disponible en version électronique ici.

Cette perspective à long terme, qui permet de saisir les processus généraux d’évolution, a cependant tendance à écraser la particularité de débats spécifiques, sur lesquels il conviendra de revenir plus longuement dans un prochain billet…