Où commence la formation des ingénieurs?

La récente rumeur de l’annonce par le Ministre de l’éducation Luc Chatel de la suppression (en l’occurrence de la mise en place d’une option facultative) de l’histoire-géographie en terminale S peut paraitre surprenante dans le contexte actuel.

A une époque où de nombreux responsables de formations s’agitent sur la “formation humaine” des ingénieurs et où la place de la culture et des humanités au sein des formations à tendance à se voir augmenté, il peut apparaitre paradoxal de vouloir réduire la part accordée à un tel enseignement dans une filière destinée à fournir la quasi-totalité des futurs élèves ingénieurs.

D’autant plus paradoxal que la charge vient du courant idéologique qui a pendant longtemps considéré les “humanités” et la culture générale comme une composante à part entière de la formation de l’individu. Est-ce à dire que celle-ci n’ont plus bonne côte? Rien n’est moins sûr si l’on se penche sur les discours visant à revaloriser la filière littéraire, garante des “humanités” les plus classiques.

De fait, il semble qu’il s’agit surtout d’une tentative d’appliquer un vieux programme de la droite française: la réintroduction des humanités classiques dans l’éducation (on pense notamment aux nombreux combats pour la défense de la culture face aux tentatives des sciences humaines et sociales de “désenchanter” la société depuis le début du XXème siècle) qui s’illustre donc ici par l’omniprésence de l’histoire mémorielle en parallèle à une tentative de minorisation de l’enseignement de courants plus critiques. Cependant, la suppression dans cette filière L des mathématiques en première, et selon la même modalité (mise en option) incite aussi à considérer ces réformes comme une volonté de spécialiser le type de formation. Autrement dit, on peut dire que cette potentielle suppression n’est pas en soit une volonté d’attaquer la culture générale mais plutôt d’en proposer une redéfinition, qui s’appuie sur un courant idéologique déjà ancien.

Pour en revenir aux écoles d’ingénieurs, les conséquences de la réforme ne seront pas moindre. En effet, privées d’une base historique et géographique solide, on peut se demander comment seront reçu l’enseignement d’histoire plus spécialisée, comme l’histoire des sciences qui existe dans certaines écoles. L’intérêt de cette réforme, qui n’est encore qu’une supposition, est au moins d’avoir remis en débat la question de la culture dans les formations, et de ses disciplines qui ne veulent pas être réduite à une simple érudition. La prise de position sur ce sujet de Jacques Sapir (A lire sur Marianne 2) est sans doute très représentative de cette réouverture du débat. La chose est intéressante puisqu’elle ne concerne plus les seuls enseignants des écoles ou les représentants de courants qui par définition s’intéressent à la place de la culture générale (on pense aux prises de positions d’Edgar Morin), mais bel et bien des intellectuels qui s’engagent en tant qu’intellectuels sur cette question.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search