Penser la formation non-technique des ingénieurs au cours du XXème siècle: aperçus sur le cas français

La mode du « développement durable, de l’éthique, de la responsabilité sociale »… au sein des formations d’ingénieurs voit celles-ci chercher à développer des enseignements spécifiques correspondants. Ainsi, les sciences humaines et sociales feraient, au moins dans les discours des responsables de formation, leur entrées dans les écoles. Cependant, l’émergence de tels enseignements n’est pas une nouveauté et relève d’une histoire bien plus ancienne dont l’origine remonte aux créations des premières écoles. A partir de l’étude des débats et des systèmes de formation depuis le XIXème siècle, on peut ainsi mieux comprendre les évolutions récentes et les modèles concurrents. Plusieurs manières sont possibles pour envisager l’étude de ces débats. Une étude macro-sociale permet de mettre en évidence les logiques macro-sociales qui structurent le débat, faisant de fait ressortir les dynamiques à long terme du processus de construction de catégories spécifiques.

C’est l’objet d’une intervention consacré à l’étude socio-historique de ces débats qui a eu lieu en mai dernier à Namur, lors d’un colloque à l’initiative des Comités de recherche « sciences, innovations technologiques et sociétés » (29) et « sociologie de la communication » (33), intitulé Regards croisés entre la sociologie de la communication et la sociologie des sciences et des techniques.

Les actes en ligne de ce colloque viennent de paraitre à l’adresse suivante: http://www.fundp.ac.be/eco/schu/aislf2010/publication

Cette sociologie historique des débats peut cependant être développée. Si dans cette intervention, la perspective était volontairement macro-sociologique afin de montrer l’évolution générale de la configuration, en revanche, le récent article paru dans les Cahiers de RECITS, n°7, 2010, prend le parti de développer un peu plus longuement les données qui ont servi de base à la réflexion. L’objectif est notamment de retracer la généalogie des débats, pour montrer la récurrence de certains arguments, dans une période courte qui va voir une transformation rapide de la configuration, qui passe d’une absence relative de débat à une profusion au milieu des années 1960. Cette période est charnière dans la mesure où elle va imposer l’idée de la nécessité de développer de tels enseignements en école d’ingénieurs,  ce qui déplacera le débat vers les formations…